Bali Art Festival, Tepi Sawah Festival, Le souper, DenPasar 2017

PARTAGER SUR

<Du 10 juin au 8 juillet à Denpasar>
Trente-neuvième édition du Festival des Arts de Bali
Ce sera l’événement du mois de juin. Des performances quotidiennes, de nombreux marchés et expositions d’artisanat, de peintures, de sculptures et de cuisine traditionnelle : tout Bali se rend à Denpasar pour y déposer ses offrandes de danse, musique et beauté. Le Festival des Arts de Bali a été créé en 1979 par Ida Bagus Mantra, le gouverneur de Bali à cette époque.

Il aurait déclaré que le festival devrait prendre son origine dans la « croissance de notre [celui des balinais] amour pour l’art ». L’art ayant une place majeure dans la culture, il a voulu le célébrer dans un lieu qui serait accessible à tous. Pour promouvoir cela, la plupart des performances sont ouvertes gratuitement au public.

Traditionnellement, le festival débute le deuxième samedi de juin et s’étend jusqu’à mi-juillet. Bien que ce soit aussi la période la plus touristique de l’année, c’est un moment idéal pour observer la richesse culturelle de Bali. Le festival est lancé par une grande parade qui débutera au monument Bajra Sandhi à Denpasar. Chaque région y sera représentée par un orchestre de gamelan (autant vous dire que ça va faire du bruit !) et apporte d’immenses offrandes que les femmes portent sur la tête.

Le centre d’art Taman Werdhi Budaya à Denpasar accueillera la majeure partie des expositions et performances de ces trente jours. En général, une visite du centre se limite à un très petit tour pour admirer la collection de statues balinaises mais, durant le festival, le lieu s’anime de penjor colorés, de décorations en feuille de cocotier et de grandes bannières. La foule s’accumule face aux scènes, auditoriums et pavillons pour admirer le large panel de danses traditionnelles et contemporaines, les spectacles de marionnettes, les musiciens… Des centaines d’artistes venus de Bali mais aussi de toutes les îles voisines viennent exposer leurs talents à Denpasar. Tout le mois, la scène d’Ardha Chandra de Denpasar sera envahie des prestations des membres de l’Institut d’Art d’Indonésie (ISI). Vous pourrez aussi apprécier les récitals de musique traditionnelle et le son du Gamelan à Angsoka. Des documentaires sur Bali seront diffusés dans l’auditorium de Ksirarnawa. Une occasion de découvrir ou redécouvrir Bali sous un nouvel angle tout en explorant des régions souvent peu visitées par les touristes !

Bali Arts Festival 2017, du lundi au samedi de 10h à 22h au Centre d’Art Taman Werdhi Budaya, Jl. Nusa Indah, Denpasar. Tél. (0361) 245 294.
Werdhi Budaya Art Center, Jl. Nusa Indah n°1, Sumerta Klod, Denpasar. Tél. (0361) 227 176
Kalangan Angsoka, Jl. Nusa Indah, Denpasar

AQ-3---Festival-Tepi-Sawah< 3 et 4 juin à Ubud >

Tepi Sawah Festival, Ubud
Explorer l’art et la nature en un weekend, c’est le pari du Festival Tepi Sawah. Il est né d’un mélange de passions et d’idées de trois artistes qui ont combiné leurs expériences de base en éducation musicale et performance, ingénierie du son, gestion d’événements, architecture et dessins : Nita Aartsen, Etha Widiyanto et Anom Darsana, le fameux créateur de la maison de production balinaise, Antida Music (cf. La Gazette de Bali n°76 – septembre 2011).

Ce dernier, un Balinais élevé en Suisse, n’en est pas à son premier festival ! Il a notamment participé au « Bali Tolak Reklamasi Art Event », un événement engagé qui s’opposait à la « réquisition » et transformation de la baie de Benoa en complexe hôtelier de luxe en 2015. Mais c’est aussi l’organisateur de l’Ubud Village Jazz Festival. Parfaitement francophone, ce jeune producteur et ingé-son est aussi un habitué des festivals de Montreux et de Nyon. Il retourne chaque année en Europe pour sonoriser des concerts ou partir en tournée avec des groupes. Mais son activité se concentre aujourd’hui sur Bali : implanté entre Denpasar et Sanur, le centre Serambi Arts Antida est son principal lieu de travail.

Cette fois, c’est sur un nouveau thème qu’il a jeté son dévolu : les arts de la scène dans la nature. Les 3 et 4 juin, le festival s’installe à Pejeng, dans la région de Gianyar. Organisé en partenariat avec Clean Bali Service – un programme d’éducation et de sensibilisation à l’éducation des enfants créé en 2006 et qui milite pour l’éducation, les arts et la culture – il s’efforce d’être un rendez-vous idéal entre les arts et l’environnement. Les artistes venus de toute l’Indonésie y réaliseront des performances tout le long du weekend.

A l’affiche, on retrouve Dewa Alit, Bona Alit, Tompi, Ivan Nestorman, Kecak Kobagi, Jasmine Okubo, Tebo Aumbara, Doddy Sambodo, Nita Aartsen, Gustu Brahmanta, Sisca Guhzeng, Brahma Diva Kencana, Fascinating Rhythm Community. Ce spectacle présentera des artistes aux différentes disciplines pour collaborer et travailler ensemble : de la musique, des spectacles de danse, des ateliers et des installations artistiques…
Passe journée à 100K roupies pour les préventes et 150K sur place le jour même. Omah Apik Pejeng, Jl. Kenyem Bulan, banjar Pande, Pejeng. Tél. (0361) 944 324.
FB : Festival Tepi Sawah. www.festivaltepisawah.com.
Courriel à ig@festivaltepisawah Antida Music Productions – Jl. Waribang n°32, Kesiman, Denpasar. Tél. (0361) 285 196

AQ-7---SOUPER<Le 27 juin à Seminyak>
Avec la pièce de théâtre « Le souper », la Restauration est En Marche !
Le 27 juin 2017, Talleyrand et Fouché réinvitent à diner celles et ceux qui n’ont pu répondre à leur invitation du mois de décembre, pour célébrer avec vous leur nouvelle cohabitation. La République a fait son temps. Bonaparte a été battu et Louis XVIII veut prendre sa place. Ni droite ni gauche, désormais, la Restauration est En Marche. Après le Fouquet’s et La Rotonde, cette victoire sera célébrée à 20h à Balquisse Living. Venez nombreux, « Le souper » sera savoureux.
Réservez vos places au 081 999 78 3000. Horaire : 20h au show-room  Balquisse Living,
Jl. Sunset Road n°18, Seminyak (entre Jl. Mertanadi et Jl. Kunti)

AQ-2---Black-Beach<Tous les mercredis et jeudis à Ubud>
La famille s’impose en juin à BlackBeach
En juin « la famille compte », comme l’annonce en grandes lettres le programme de Black Beach. Deux fois par semaine, des films qui interrogent la complexité de la famille – de la cohabitation au jugement en passant par l’amour inconditionnel – seront diffusés dans votre restaurant-cinéma préféré.

Le mercredi 7, « The Tree of Life », de Terrence Malick (2011) lancera le ton en dressant le portrait impressionniste d’une famille texane des années 50. La semaine suivante, c’est la mafia italienne qui redécouvrira les joies de la vie de famille après avoir été relocalisée en Normandie dans le cadre d’un programme de protection des témoins avec « The Family » de Luc Besson (2013). Le 21 juin, « In a Better World » (2010), de Susanne Bieret, le 28 juin, « A Boss in the Living Room » (2014), de Luca Miniero concluront le mois sur le même thème.

Les jeudis seront comme toujours consacrés aux films en français. La complexité de la cellule familiale se contorsionnera dans la langue de Molière. Le 1er juin, « Floride », de Philippe Le Guay (2015), mettra en scène la fugue de Claude, quatre-vingt-deux ans, qui décide soudainement de quitter Annecy, où il habite, pour aller sans prévenir rendre visite à sa fille cadette qui vit aux USA. Les 8, 15, 22 et 29 juin, « Médecin de campagne », de Thomas Litti (2016) ; « Frantz » de François Ozon (2016) ; « Les invités de mon père » d’Anne Le Ny (2010)  et « Moka » de Fréderic Mermoud (2016), animeront vos jeudis soir. On espère que tous ces débats familiaux ne créeront pas trop de disputes aux brunchs dominicaux !
BlackBeach, Jl. Hanoman n°5n, Ubud, Tél. (0361) 97 13 53. A partir de 20h, tous les mercredis (VO sous-titrée en anglais) et jeudis (films francophones sous-titrés en anglais). Pour voir toute la programmation : rendez-vous sur www.blackbeach.asia/events. Entrée gratuite

AQ-6---DenPasar-bis-< Du 26 mai au 26 août >
DenPasar 2017, la nouvelle exposition de CushCush Gallery
CushCush Gallery a de nouveaux projets et ils sont toujours aussi passionnants ! Sa nouvelle exposition, DenPasar 2017, a pour but d’explorer et de promouvoir de nouveaux potentiels dans les arts et dans la communauté créative balinaise, particulièrement dans la région de Denpasar, trop souvent ignorée par les voyageurs.

Pour cela, elle veut créer un lieu d’échange autour de l’art, la littérature, le design et la créativité qui s’inspireront du thème « Le marché à Denpasar ». De jeunes artistes venus de domaines artistiques variés pourront se réunir pour créer ensemble. Comme toujours avec la CushCush Gallery, les formes d’art se mélangent afin d’obtenir des résultats toujours plus innovants et frais.

Le tout créera une forme de documentaire et aidera à promouvoir une nouvelle image de Denpasar, invitant ainsi le monde à se promener et à découvrir la capitale si méconnue. Denpasar est le lieu où tous les sièges d’entreprises et tous les organes gouvernementaux se situent. Mais elle ne se restreint pas à cette image administrative : la ville a son charme tout particulier. De nombreuses communautés y cohabitent et l’animent par leur diversité. Pour alimenter cette découverte, des cartes de Denpasar recensant les lieux liés aux arts de toutes sortes seront imprimées. Elles seront distribuées gratuitement au public et aux voyageurs.

CushCush Gallery a fait un appel ouvert en janvier et février, invitant artistes et créatifs à participer à l’exposition. Elle a sélectionné 17 participants aux talents variés : architectes, danseurs, stylistes, joailliers, graphistes, photographes, artistes de rue… Ils exposeront tous à la CushCush Gallery du 26 mai au 26 août. Une exposition qui promet d’être étonnante !
Jl. Teuku Umar, Gg. Rajawali n°1A, Denpasar. Tél. (0361) 484 558.
Courriel à info@cushcushgallery.com

AQ-4---Rebirth<13 mai au 15 juillet>
Rebirth, une expo solo de Wayan Aris Sarmanta
La première exposition personnelle de Wayan Aris Sarmanta prendra place dans le centre d’Art TiTian à Ubud. Né en 1995, ce jeune homme d’à peine 22 ans est le plus jeune finaliste du prix TiTian en 2017. Son exposition « Rebirth », « Renaissance » en français, célébrera un nouveau chapitre au sein de l’école traditionnelle de Batuan depuis son changement majeur des années 30. Le jeune peintre a appris la technique de peinture traditionnelle de Batuan auprès de son grand-père. Bien qu’il en ait conservé le style, il y intègre des éléments reflétant les changements politiques et sociaux actuels.

A l’exemple de la peinture « Bali Not For Sale » (83 x 89 cm – acrylique sur toile – 2016), qui est une parodie de l’envahissement grandissant de Bali et une reconnaissance que, malgré les progrès significatifs réalisés pour établir Bali comme site privilégié pour le tourisme culturel et spirituel, ce progrès a eu un impact considérable sur la communauté locale et l’environnement. Aris exprime cette dichotomie à l’aide de motifs traditionnels : le jeune danseur de guerre Baris en agonie, son visage rouge de colère et la danseuse de Baris en pleure dans la tristesse et le désespoir. Venez découvrir cette renaissance des toiles balinaises du 13 mai au 15 juillet à Ubud ! L’entrée est gratuite.
TiTian Art Space, Jl. Bisma n°88, Ubud. Tél. 081 139 884 44. info@titianartspace.com

cloudy-in-tamblingan< Du 1er au 30 juin à Ubud >
« La symphonie de la nature », photos d’Eriq Zain à Paradiso Ubud 
Né à Palembang, Sumatra en 1981, Eriq Zain, photographe professionnel depuis 1994, a étudié l’art à l’École moderne de Design de Jogjakarta. Il est très représentatif de cette nouvelle génération d’artistes indonésiens alliant une totale maîtrise des techniques occidentales à leur sensibilité artistique héritée des traditions esthétiques cultivées en Indonésie depuis des siècles. Après avoir commencé sa carrière comme photographe commercial à Jakarta, il a travaillé pour de nombreuses entreprises, capturant des images pour la publicité, l’architecture d’intérieur, les produits commerciaux, alimentaires et autres, et la mode. Mais depuis son arrivée à Bali il y a quatre ans, il travaille en profondeur sa créativité en se concentrant sur la photographie de paysages. Sa dernière exposition, intitulée « Symphonie de la nature », montre son intérêt pour les aspects mystiques et sombres de la photographie de la nature, un domaine où son talent s’exprime totalement.

Il évoque avec force la poésie, l’angoisse, la solitude, la paix, l’esprit de tout ce qui est lié à la vie et à l’univers à travers ses photos. Eriq veut conserver intacte la pureté de ses images. Il n’utilise jamais de filtres sur la caméra et limite l’utilisation de son logiciel  photographique uniquement à la luminosité et au contraste. Selon lui, un bon photographe ne doit pas dépendre de lieux et de paysages étonnants pour faire de bonnes photos. Pour lui, chaque lieu qu’il représente est le meilleur emplacement. Il voit la création d’une belle photo non pas du viseur mais de son imagination
Paradiso Ubud, Jl. Gootama Selatan, Ubud. Tél. 085 737 614 050

Cassandre Bachellier

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE