Azimuth Adventure Travel Ltd : aventure et photographie au rendez-vous

PARTAGER SUR

Photographe, photographe et voyageur, photographe et guide, photographe et même consul honoraire à une époque, l’écheveau de la vie de Dominique Clarisse se déroule autour d’une grande passion. Alors que ses camarades de classe dans son lycée de Marcq-en-Baroeul rêvaient à des métiers lucratifs, Dominique se destinait déjà à des études de techniques photographiques : l’Instamatic reçu à sa communion et la passion léguée par son grand-père l’avaient inscrit dans un solide projet d’avenir. En 1992, son premier reportage chez les Papous lui permet de devenir photographe free-lance à l’agence Gamma. Avant son retour en France, il se fait voler ses films et son argent mais, qu’à cela ne tienne, une jeune Indonésienne et sa famille l’aident à mener l’enquête, il retrouve finalement ses films et tombe amoureux du pays et… d’une autre jeune femme avec qui il se mariera quelques années plus tard.

En 1995, il revient en Indonésie. Le voyagiste Allibert lui a proposé d’ouvrir de nouveaux circuits de trekking dans l’archipel. A l’époque, il n’y a pas encore d’agence spécialiste du tourisme d’aventure ici. En 1999, il monte sa propre société, Azimuth Adventure Travel Ltd, dont Allibert est partenaire et le premier client. Très vite, il se spécialise dans les volcans. Yogyakarta, où il s’est installé, se situe au pied du célèbre volcan Merapi, c’est un point de départ idéal pour aller sillonner les Bromo, Semeru et autres Kawa Ijen. Réceptif entre autres de tour-opérateurs spécialisés dans les circuits « volcans » et de quelques agences européennes, il développe des « packages » très spécialisés qui demandent de grandes connaissances techniques. L’Indonésie est le pays qui compte le plus de volcans actifs au monde, un paradis pour les trekkeurs vulcanomaniaques. Alain de Toffoli, ancien guide de la célèbre agence lyonnaise Aventure & Volcans, deviendra d’ailleurs son partenaire en 2006, confortant ainsi la position dominante d’Azimuth Adventure Travel Ltd dans le domaine de l’ascension des volcans, Merapi au premier plan suivi du Semeru et de l’Anak Krakatau. La demande évolue bien sûr avec le temps. Dominique et son partenaire notent que les touristes sont de moins en moins partisans de l’effort mais toujours plus du confort. Il y a aussi beaucoup de requêtes pour les rencontres tribales sur les hauts plateaux de Papouasie, plutôt que pour la jungle de Bornéo. « Le potentiel touristique d’Indonésie est encore largement inexploité, déclare-t-il, son développement a subi de plein fouet la crise de 1997 et onze plus tard, ce pays reste encore toujours autant à l’écart des circuits touristiques mondiaux ».

Comme beaucoup d’étrangers installés en Indonésie, Dominique Clarisse aurait pu se fixer à Bali mais il trouve l’ambiance de Yogyakarta à nulle autre pareille, particulièrement la grande diversité culturelle de cette ville estudiantine, les expos, le fourmillement des idées. C’est sa connaissance de Yogyakarta et son métier qui l’ont amené à exercer la fonction de consul honoraire pendant trois ans jusqu’au tremblement de terre de 2006 qui a décimé des milliers de personnes. Et la photo dans tout ça ? « J’ai un peu arrêté de photographier les volcans, conclut-il nostalgique. Je me consacre désormais à la sensualité des femmes indonésiennes. Je travaille depuis deux ans à un livre de photos qui sortira en 2009 ou 2010. Je suis devenu un peu indonésien, je ne suis plus pressé ! »

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE