UNE FEMME ARRÊTÉE POUR UN MÈME MOQUANT SETYA NOVANTO

PARTAGER SUR

Dyann Kemala Arrizzqi risque aujourd’hui 4 ans de prison pour avoir publié sur son compte Instagram un mème représentant le porte-parole de l’assemblée nationale indonésienne Setya Novanto sur son lit d’hôpital.

Elle a été arrêtée par la police la semaine dernière pour avoir sciemment enfreint l’article sur la diffamation du code pénal indonésien, sous l’accusation « d’avoir atteint à la bonne réputation » du politicien, qui est également le puissant président du Golkar.

Le mème en question est une photo passée par Photoshop de Setya Novanto sur son lit d’hôpital lorsqu’il évitait d’être questionné par la commission anti-corruption (KPK) sous prétexte qu’il souffrait de problèmes cardiaques et rénaux.

On le voit raccordé à un respirateur et surveillé par un électro-cardiogramme en direct. Le tout agrémenté d’un commentaire moqueur.

La photo, diffusée à l’origine par les proches du politicien, a été détournée de mille et une manières sur les réseaux sociaux tant Setya Novanto est coutumier du fait (de tomber malade soudainement) lorsqu’il est sommé d’être entendu dans une affaire le concernant.

Dans la dernière grosse affaire qui l’a rattrapé, Setya Novanto a été nommé suspect par le KPK dans le dossier de corruption e-KTP, concernant les cartes d’identité électronique. Un détournement qui est à l’origine d’une perte de 175 millions de dollars du budget de l’état.

Suggérant qu’il n’était pas en mesure d’être questionné parce que malade, le Golkar a donc publié cette photo où on le voit sur son lit d’hôpital, apparemment en grande souffrance.

Cette image a été détournée à loisir afin de le ridiculiser sur Internet.

Pendant ce temps, une cour de Jakarta a décidé d’annuler sa mise en accusation sous prétexte qu’il y a avait des erreurs de procédure.

Une fois sa mise en accusation annulée, Setya Novanto est rapidement sorti de l’hôpital et a repris ses activités politiques instantanément.

Il a ensuite porté plainte contre 68 personnes pour diffamation parce qu’elles avaient repris ou fabriqué ces mèmes diffusés sur Instagram, Facebook, Twitter et consorts.

Si elle est reconnue coupable, Dyann Kemala Arrizzqi risque jusqu’à 4 ans de prison.

La police n’a toutefois pas encore arrêté les autres personnes contre lesquelles Setya Novanto a porté plainte.

Lire aussi :
e-KTP : L’ENQUETE CONTRE NOVANTO ABANDONNEE POUR VICE DE FORME
e-KTP : SETYA NOVANTO OFFICIELLEMENT NOMME SUSPECT
AFFAIRE e-KTP : MORT MYSTERIEUSE D’UN TEMOIN-CLE A HOLLYWOOD
DES POLITICIENS DE HAUT VOL DANS L’AFFAIRE DE CORRUPTION e-KTP
UN ENQUETEUR DU KPK ATTAQUE A L’ACIDE PAR DEUX INCONNUS

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE