AHOK NE FAIT PAS APPEL DE SA CONDAMNATION

PARTAGER SUR

Le gouverneur chrétien de Jakarta Basuki Tjahaja Purnama, qui a été récemment emprisonné pour blasphème envers l’islam au cours d’un procès qui a divisé l’Indonésie, a retiré l’appel de sa sentence de deux ans de prison, ont dit sa famille et ses avocats mardi.

Tommy Sitohang, un de ses avocats, a dit que l’affaire était devenue trop politisée et que « tout pouvait arriver » lors d’un appel, y compris le possible rallongement de la peine, ce qui s’est produit dans d’autres affaires présentées devant la Haute cour de Jakarta, ou encore des clashs entre ses supporteurs et ses opposants.

« Il y avait trop de pression sur lui. Ca vient direct du cœur », a ajouté M. Sihotang.

Cette décision inattendue d’Ahok, qui avait auparavant demandé à être libéré pendant son appel, a le potentiel de faire perdurer les tensions ethniques et religieuses dans le pays à la population musulmane la plus importante au monde, étant donné que sa condamnation a été largement perçu comme orchestrée par ses rivaux politiques en utilisant la race et la religion comme armes politiques.

Un appel fait par l’accusation, qui avait demandé initialement qu’il soit condamné à une peine plus légère parce qu’elle ne reconnaissait finalement pas le délit de blasphème, reste cependant actif.

« Nous allons conduire une évaluation sur la pertinence et l’urgence d’utiliser des moyens légaux », a dit un porte-parole du bureau du procureur général, qui n’a pas souhaité indiqué si l’accusation souhaitait maintenir son appel ou pas.

« Nous informerons le public le plus tôt possible », a-t-il seulement précisé.

Lire aussi :
BLASPHEME : DEUX ANS FERMES POUR AHOK
INDIGNATION INTERNATIONALE APRES L’INCARCERATION D’AHOK
PROCES AHOK : PROMOTION POUR TROIS DES JUGES

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE