AHOK A-T-IL RECOURS A LA SORCELLERIE PENDANT SON PROCES?

PARTAGER SUR

Les partisans du gouverneur de Jakarta Basuki Tjahaja Purnama se sont vu accuser récemment d’utiliser des moyens de sorcellerie pendant les audiences de son procès pour blasphème.

Cette accusation a été portée par Syamsu Hilal du Forum contre le blasphème religieux (FAPA) et qui est aussi un des plaignants dans cette affaire.

« Nous avons remarqué qu’il y a une personne qui est toujours assise derrière les témoins. Et il y en a aussi deux autres, un grand-père et une grand-mère », a expliqué Syamsu Hilal jeudi dans une interview donnée dans les locaux de la Muhammadiyah, l’une des deux plus importantes organisations musulmanes du pays, à Jakarta.

Syamsu Hilal soupçonne ces trois personnes d’attaquer le procureur (JPU) avec des moyens de sorcellerie.

Selon lui, cela fait plusieurs fois que l’accusation semble sur le point de s’endormir pendant les débats.

« Ce n’est pas que nous avons peur mais cela perturbe le procureur et les juges », a-t-il expliqué.

Cette accusation de sorcellerie, qui confirme que ce procès appartient bien à un autre temps que le 21ème siècle, intervient après que l’équipe d’avocats de la défense ait accusé plus concrètement les jours précédents l’ancien président Susilo Bambang Yudhoyono d’avoir explicitement demandé au chef des Oulémas indonésiens Ma’ruf Amin d’accuser Ahok de blasphème.

Le fils de l’ancien président, Agus Yudhoyono, est actuellement candidat pour l’élection de gouverneur de Jakarta, en compétition contre AhoK.

Depuis ces accusations publiques de sorcellerie, le camp des accusateurs d’Ahok a fait venir l’imam Ustaz Sahal au procès afin de contrer ces attaques de magie noire.

Et cela semble fonctionner, s’est félicité Syamsu Hilal, puisque depuis que l’imam assiste aux audiences, l’accusation ne somnole plus pendant les débats.

D’après JPNN.

timthumb
SOURCEJPNN
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE