AGENDA CULTUREL FEVRIER 2017

PARTAGER SUR

<Du 13 janvier au 26 mars à Sydney>
Sukumaran : le condamné devenu artiste
Myuran Sukumaran, l’Anglo-australien, membre des Bali Nine, condamné en 2005 pour trafic de drogue en Indonésie et exécuté en 2015, aura finalement donné le jour à une grande exposition : « Another Day in Paradise ». Les peintures que le condamné a réalisées durant son incarcération dans la prison de Kerobokan à Bali, puis celle de l’île de Nusa Kambangan, seront exposées pour la première fois au public au Campbelltown Arts Centre en janvier. Ben Quilty, co-organisateur de l’exposition et ami proche de Sukumaran, explique que « la pratique artistique était sacrée pour Myuran : bien que confronté à l’acte d’exécution le plus barbare qui soit, il a maintenu la plus extraordinaire des dignités. Pour Myuran, la peinture était sa religion. » La mère du défunt espère que le travail de son fils pourra devenir un puissant message contre la peine capitale à travers le monde.
L’exposition de Myuran Sukumaran, « Another Day in Paradise »,
sera ouverte du 13 janvier au 26 mars au Sydney’s Campbelltown Arts Centre.

Natasha-DarellLes hipsters balinais tournés au ridicule avec Natasha Darrell
Inspirez… Expirez…
Vous êtes à Ubud la capitale du zen, les gens y sont humbles, ils vivent une vie simple tournée vers l’énergie extérieure et sont reconnaissants pour chaque instant. Stop. Rembobinez… Humbles ? Pas selon une jeune chanteuse indonésienne, Natasha Darrell, qui dénonce les excès ridicules de certains expatriés à travers deux chansons hilarantes en anglais : « Canggu Hipsters » et « Hungry in Ubud ». De la première on peut extraire ce passage particulièrement moqueur sur les hipsters de Canggu : « Juste parce tes cheveux sont assez longs pour en faire un chignon ne fait pas de toi l’élu / Hipster de Canggu rentre chez toi / Range ton surf et laisse nous tranquille. » Et de la seconde, on isolera nos citations favorites sur les habitudes des ubudéens : « Je ne mange que du sans-gluten, sans-OGM, sans-sucre, sans-gras, sans-goût / Afin que je puisse être sans attache/ Mais j’ai tellement faim. »
Natasha, ou plutôt Tash comme elle nous propose de l’appeler, est une indonésienne qui a grandi en Australie et qui vit à Bali depuis plus de dix ans. Elle nous explique qu’elle a écrit ces chansons parce qu’elle commençait à devenir de plus en plus frustrée par la façon dont certaines choses se développaient autour d’elle et sur lesquelles elle n’avait aucun contrôle. « Certains je les trouvais amusants, d’autres non. Je n’avais aucun moyen d’évacuer ma frustration. J’ai donc décidé de la concentrer dans ma musique plutôt que de m’exaspérer ». Mais bien qu’elle se moque des hipsters et hippies ayant envahi l’ile, cela reste plutôt affectueux. « Je suis consciente que Bali est devenu le foyer de nombreuses tendances et d’une variété de personnalités intéressantes. Nos hispters en sont juste une de plus. » D’après Natasha, « tant que les gens, hipsters ou non, sont respectueux de leur entourage et de l’environnement, ils ne sont pas un problème pour les Balinais. »  Selon elle, la population qui pourrait devenir problématique est plutôt celle dont elle parle dans « Blessed », une autre de ces chansons. Je vous laisse découvrir par vous-même !
Ses compositions s’appellent « Canggu Hipsters » et « Hungry in Ubud » 
et se trouvent sur YouTube. Autrement, rendez-vous directement sur
la chaine de la chanteuse :
https://www.youtube.com/channel/UC9rBX3mMjouFRLmusBDdOfA

the-Moffats-Bali<Le 24 février à Kuta>
La dernière tournée de The Moffatts passe par Bali
Le boys band canadien The Moffatts, qui a marqué le passage au nouveau millénaire en s’installant au sommet des classements musicaux avec « Bang Bang Boom », a décidé de se réunir pour une dernière tournée en Asie. Et évidemment il passe par Bali ! Pour les nostalgiques de la pop rock des années 2000, rendez-vous au Hard Rock Café Bali à Kuta le 24 février.
The Moffatts Farewell Tour Bali, vendredi 24 février, 20h au Hard Rock Café Bali, Jl. Pantai Kuta.
Tickets disponibles sur www.rajakarcis.com. 300 000rp

MOCAN-museum-Jakarta<Novembre 2017, Jakarta>
Un grand musée d’art contemporain ouvre ses portes à Jakarta
Le premier grand musée d’art contemporain d’Indonésie sera inauguré en novembre 2017 à Jakarta, coïncidant ainsi avec la biennale de Djakarta et la biennale Jogja. Le Museum of Modern and Contemporary Art in Nusantara (MACAN), fondé par Haryanto Adikoesoemo sera dirigé par Aaron Seto. Il présentera une large collection d’art moderne et contemporain émanant d’Indonésie et du monde entier. Conçu par la firme MET Studio, le bâtiment accueillera les visiteurs dans plus de 2000 m² de galeries. En attendant d’ouvrir ses portes, le musée réserve de nombreuses surprises à la capitale : en mars le projet « MACAN First Sight » sera lancé. Il regroupera de nombreux artistes contemporains indonésiens et internationaux, autours de performances éphémères et de conférences.
Il est possible de suivre l’actualité du musée en se rendant sur Facebook/MuseumMACAN.

 

Ade-Satria-Paradiso-Bali<Du 1er au 28 février à Ubud >
Ade Satria expose au Paradiso
La peinture balinaise est riche de talents, ce mois de février, Paradiso Ubud présente Ade Satria, plus connu sous le nom d’Ades. Originaire de Bandung, Ades commence à peindre dès l’âge de six ans et expose pour la première fois à Jakarta à quinze ans. Il est également un restaurateur de peintures anciennes et conservateur pour de nombreux musées indonésiens. Il s’est par exemple occupé de la restauration des tableaux du palais présidentiel de Jakarta. Image même de l’artiste complet, il est aussi un musicien inspiré : il joue de nombreux instruments, dont l’harmonica. Aujourd’hui, le travail d’Ades reflète toutes les traditions du peuple balinais. S’attachant à montrer les différentes facettes des coutumes de son île avec une grande force picturale, il nous invite à un voyage balinais dans le temps et l’espace où nous retrouvons des ambiances familières évoquant l’œuvre de Gauguin.
Paradiso Ubud, Jl. Gootama Selatan, Ubud. Tél. 085 737 614 050

Black-Beach-février<Tous les mercredis et jeudi à Ubud>
En février, le peuple reprend le pouvoir à BlackBeach !
Le mois de février flambera d’une énergie révolutionnaire tous les mercredis soir au restaurant cinéma BlackBeach. Le mercredi 1er février sera consacré au brillant « Captain Fantastic » (2016) de Matt Ross, l’histoire touchante d’un père qui, après avoir dévoué sa vie à éduquer ses six enfants en marge du monde, est brutalement forcé de réintégrer la société. Une semaine plus tard, il sera suivi par « Snowden » (2016), la biographie du lanceur d’alerte américain Edward Snowden réalisée par Oliver Stone. Le 15 février, c’est la révolte de Newton Knight contre les confédérés pendant la Guerre civile américaine qui réveillera votre âme révolutionnaire avec « Free State of Jones » (2016) par Gary Ross. Enfin, le mercredi 22 sera consacré à « Pride » (2014) où Matthew Warchus relate le combat de deux communautés que tout oppose qui s’unissent pour défendre la même cause.
Comme toujours, les jeudis seront dédiés aux films en français. Vous pourrez donc vous replonger dans des classiques tels que « Les amants du pont neuf » (1991) de Leos Carax, diffusé le 2 février, « Three Colors : Blue » (1993) de Krzysztof Kieslowski le 9 février et « Le Hussard sur le toit » (1995) de Jean-Paul Rappeneau le jeudi 16, mais aussi découvrir des films plus récents comme « A Thousand Times Good Night » (2014), un drame dirigé par Erik Pope.
BlackBeach, Jl. Hanoman n°5N, Ubud, Tél. (0361) 97 13 53. A partir de 20h tous les mercredis (VO sous-titrés en anglais) et jeudis (films francophones sous-titrés en anglais). Pour voir toute la programmation : rendez-vous sur www.blackbeach.asia/events. Entrée gratuite

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE