AFFAIRE e-KTP : MORT MYSTERIEUSE D’UN TEMOIN-CLE A HOLLYWOOD

PARTAGER SUR

Nouveau rebondissement dans l’affaire de corruption e-KTP (carte d’identité biométrique) qui a vu le détournement de 172 millions de dollars du budget de l’état par des personnalités politiques indonésiennes de haut vol.

Un témoin-clé de l’affaire, Johannes Marliem, un Indonésien de 32 ans établi au Etats-Unis et dirigeant de Biomorf Lone LCC, une entreprise de gestion de systèmes automatisés de reconnaissance d’empreintes digitales, a été retrouvé mort dans un appartement de West-Hollywood après une prise d’otages.

Selon les premiers éléments de l’enquête du FBI, Johannes Marliem se serait suicidé après une prise d’otages. Le quartier a été bouclé pendant plusieurs heures pendant que la police, épaulée par une équipe d’intervention spécialisée (SWAT), a tenté de négocier avec lui.

Une femme et un enfant, apparemment identifiés comme les siens, sont sortis indemnes de la résidence. La police a retrouvé le corps de Johannes Marliem après que celui-ci se soit apparemment tiré une balle avec son arme.

Johannes Marliem est un témoin important dans l’affaire de corruption e-KTP, a confirmé hier l’agence de lutte anti-corruption (KPK). Il avait en effet enregistré des conservations avec les politiciens qui avaient accordé le contrat à son entreprise. Le tout est stocké sur un disque dur de 500 gigabytes.

Par ailleurs, Johannes Marliem avait été impliqué dans un scandale aux Etats-Unis en 2013 lorsqu’il avait versé 225 000 dollars au parti démocrate pour le financement de la 2ème inauguration de Barrack Obama.

Une enquête d’un journal de Minneapolis avait révélé que Johannes Marliem avait été condamné en 2010 pour escroquerie après l’émission de chèques en bois pour un montant de 10 000 dollars.

Le parti démocrate avait ensuite affirmé ne pas avoir été au courant du passé trouble du généreux donateur indonésien.

Cette affaire de prise d’otages aux motifs qui sont loin d’être clairs jette un voile supplémentaire sur le plus grand scandale de corruption de l’Indonésie moderne.

En avril dernier, Novel Baswedan, un des inspecteurs en charge du dossier avait été attaqué au vitriol par des inconnus devant son domicile.

L’enquête sur ses agresseurs est au point mort. Il a lui-même affirmé depuis dans un entretien à la presse que le commanditaire de l’agression était un haut gradé de la police nationale.

L’enquête révèle que pas moins de 37 législateurs de la Commission II, qui ont supervisé le dossier gouvernemental de conversion à la carte d’identité biométrique, ont reçu des parts de l’argent détourné en remerciement de leur aide apportée dans l’approbation du budget.

Aux côtés de Setya Novanto, président de l’assemblée nationale aujourd’hui officiellement mis en examen, on trouve les noms de deux politiciens de l’ancien parti démocrate au pouvoir, Anas Urbaningrum et Muhammad Nazarudin, déjà emprisonnés dans une autre affaire de corruption.

Les trois hommes sont suspectés d’avoir eu un rôle primordial dans l’affaire.

Lire aussi :
e-KTP : SETYA NOVANTO OFFICIELLEMENT NOMME SUSPECT
DES POLITICIENS DE HAUT VOL DANS L’AFFAIRE DE CORRUPTION e-KTP
UN ENQUETEUR DU KPK ATTAQUE A L’ACIDE PAR DEUX INCONNUS
NOVEL BASWEDAN : UN HAUT GRADE DE LA POLICE DERRIERE MON AGRESSION

SOURCEWehoville
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE