EN 2017, A BALI, ON VA FAIRE DU SURF NUS SUR LES VOLCANS, SI, SI…

PARTAGER SUR

Selamat Tahun Baru! Aujourd’hui, nous saluons la nouvelle année calendaire que je vous souhaite pleine de calembours et calembredaines, avant de fêter (dans l’ordre chronologique) la nouvelle année chinoise Imlek, le 28 janvier – celle du coq, kukuruyuk ou kong-ko-rongok (en version locale) –  la  nouvelle année balinaise Nyepi, le 28 mars, et la nouvelle année musulmane Awal Muharram, le 21 septembre en Indonésie. Une année de plus donc. Et donc ? Qu’est-ce que vous allez faire cette année ? Tout pareil comme l’année dernière ? Ou bien changer quelque chose : arrêter quelque chose (de râler, d’utiliser du plastique à usage unique ?) ou commencer quelque chose (le boycott des produits contenant de l’huile de palme) ?

Une des définitions de la vieillesse est le fait d’arrêter de faire ou de vouloir faire des nouvelles choses… parce qu’on « aimerait bien mais »… Et vous, quand est-ce que vous avez fait quelque chose pour la première fois ? Allez, allez, on réfléchit et on répond (je ne répèterai pas promis) ! Si la réponse est une date au début du siècle ou carrément au siècle dernier, voici quelques idées histoire de vieillir moins vite ou de grandir encore (juste une question de point de vue).

Se mettre au surf
Sur la plage 6×6, en face du restaurant Seaside, se trouve l’Ecole Française de Surf de Bali de Pierrik et Julien. Bali Ocean Surf. Une organisation parfaite, des moniteurs diplômés très pédagogues et ô combien patients. Même pas peur d’enseigner aux surfeuses et surfeurs débutants (de 45 ans et goguenardes par exemple) ou confirmés, âgés de 7 à 65 ans (pour des raisons d’assurance, mais renseignez vous pour les cas particuliers). Ils fournissent surfboards, lycra. Les cours durent 2 heures… on ne les voit pas passer mais une bonne nuit de sommeil est garantie après la première session ! Aucune compétence particulière pour se mettre à l’eau à part pouvoir nager 25 mètres et tenir debout (sur terre). On n’oublie pas la crème solaire même s’il pleut et une gourde d’eau fraiche (pour refuser poliment la bouteille en plastique).

surf3Cours particuliers, collectifs, stages, tout est possible. Ils proposent aussi une formule « Surf Club » tous niveaux à l’année, le samedi matin pour faire du surf entre copains (et des sessions en plus pendant les vacances scolaires) pour les enfants et adultes. Le tarif du Surf Club est de 200 000rp par séance et par personne (pour un engagement annuel de 35 séances). Si les conditions ne sont pas assez bonnes à Legian, pendant la saison des pluies par exemple (ce qui sera le cas tant que le plastique à usage unique n’est pas interdit et que notre espèce continue de se comporter en « client » de la terre), ils vous emmèneront en minibus jusqu’à Serangan.

Pour les autres formules et leçons, les prix débutent à 59$ la séance pour les adultes (49$ pour les moins de 12 ans), mais aussi des forfaits 3, 5 ou 10 séances avec des prix dégressifs et des offres techniques pour les surfeurs confirmés qui souhaiteraient profiter des conseils de surfeurs français de haut niveau !

Grimper
volcan3Si l’eau, ce n’est pas votre truc, essayez donc le feu avec Pierrick qui tombe à pic et son équipe d’IndoTravelTeam qui vous emmènera en toute sécurité dans la joie et la bonne humeur à la découverte des « gunung api » (montagnes de feu, des volcans quoi) du coin : le Batur, l’Agung, le Bromo ou le Kawah Ijen ce qui en fait déjà 4 (facilement accessibles) sur les 400 que compte l’archipel Indonésien… dont on estime que 200 sont en activité. Comme pour le surf, ce serait dommage de passer à côté de ces géants endormis (ou pas) sans en découvrir davantage. En 6 heures et environ 500 000rp / personne pour le Batur, 12h et 1 million pour l’Agung, 1 500 000rp et 24 h pour l’Ijen (et son célèbre lac d’acide sulfurique), 3 jours, 2 nuits et 3 500 000rp pour l’inoubliable combo Bromo + Ijen (hébergement et repas compris).

Ils s’occupent de tout (le point de départ et de retour des voitures est à Gusto, comme ça on peut expérimenter la glace et le feu dans la même journée) et sont très expérimentés. Si vous êtes chauds bouillants pour tenter l’aventure volcans, il vous reste à savoir mettre un pied devant l’autre et recommencer, libre à vous de décider une fois arrivé au sommet s’il vous chante de danser dessus… Rien n’empêche aussi de cumuler ces 2 activités, 10 sessions de surf, 1 volcan, 10 sessions de surf, 1 volcan etc… Ce qui assurément fera de 2017 une année riche en sensations et découvertes au plus proche des éléments.

Se mettre à nu
Une autre façon d’être proche des éléments, c’est de pratiquer Bali « au naturel ». Au naturel… celui qu’on chasse et qui revient au galop ? Que nenni ! Alors que l’Indonésie ne figure pas parmi les 30 membres (membres ?) de la Fédération Naturiste Internationale (seulement 4 pays en Asie et au Moyen-Orient : Israël, Russie, Thaïlande et Taiwan), on peut quand même y être telanjang, tunabusana, terhunus, c’est à dire être nudis ou naturis (noudissss et natourissss), hidup bebas pakaian (sans vêtement). Ou ça en Indonésie ? A Bali pardi ! Dans l’hôtel Bali au Naturel justement ! Direction Tejakula (non, je ne plaisante pas, c’est le nom du village au bord de la mer : en un seul mot « Tejakula » et pas au passé simple) 150 000rp pour une journée à poil, tout nu, dénudé, à oilp, à oilpé, à oilpuche, nu comme un ver, comme la vérité, en tenue d’Ève / d’Adam, en costume d’asticot, in naturalibus, comme le premier homme, défrusqué, dessapé, habillé en sauvage, dans le plus simple appareil, au vent, defeuillé, en Saint-Jean, nu comme la main, la bidoche installée.

Au nord de Bali même, à Bondalem (entre Singaraja et Amed, là où des millions de touristes ne vont PAS chaque année), vous pourrez profiter de la plage (et du sable). Explorer les fonds marins avec palmes-masque-tuba (attention aux poissons amateurs d’asticots), faire du canoë, vous balader dans les jardins, jouer au pingpong (mais sans poches ou donc ranger les balles ?), au badminton (mollo quand même… vous avez vu la vidéo du volant de badminton perforant une pastèque ?), profiter de la salle de gym, de la piscine et du restaurant. Si vous y prenez goût, vous pouvez bien sûr y séjourner. Le premier prix est de 30$ la nuit pour les moins de 30 ans ou les réservations de dernière minute en bungalow non climatisé (avec ventilateur), 70$ pour la chambre climatisée, réservée à l’avance et pour les plus de 30 ans.

Une fois que vous y aurez pris goût vous pourrez essayer de convaincre les deux Pierri(c)k de vous laisser surfer et grimper les volcans au naturel, alors là c’est vraiment sûr, archi-sûr : 2017 sera une année riche en sensations et découvertes…

Bali Ocean Surf

École de Surf Française à Bali. Tél. 081 288 374 704. www.balioceansurf.com, pierrikbalisurf@gmail.com, www.balioceansurf.com

IndoTravelTeam (en association avec Archipelago Adventures)

Le site Internet est en cours de finalisation. Pour les contacter la page et la messagerie FB sont accessibles à tous : www.facebook.com/IndoTravelTeam/?fref=ts
Photos disponibles sur Instagram : www.instagram.com/indotravelteam/ 

Bali au naturel
www.baliaunaturel.com, info@unseenbali.org. Tél. (0362) 34 36 401. Consulter le site pour plus de détails et l’ensemble des prix et des services (transferts aéroport, etc.)

naturel1surf3volcan3
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE